Psychologie et mise en scène des tours et routines de magie
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Climax induit (Hudson)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 31
Date d'inscription : 31/05/2010

MessageSujet: Climax induit (Hudson)   Mer 2 Juin - 10:04

Nous allons aborder dans ce post un des préceptes de mon maitre en magie John WD Hudson

Il est décédé malheureusement en 1999 à l’âge de 92 ans et a connu tous les grands magiciens de ce siècle en restant amateur toute sa vie, ce qui ne l’empêchait pas de se produire souvent entre magiciens et dans la rue, Ayant commencé à aborder les passants dès 1927, je le considère comme un des précurseurs de la street magie
Il a passé sa carrière dans le théâtre et le cinéma (Au cinéma, il mettait en scène des effets spéciaux principalement) Il a mis en scène bon nombre de spectacles de grandes illusions magiques avant 1970
Il a établi une suite de préceptes qui considéraient le tour de magie comme un court métrage théâtral répondant aux mêmes contraintes de construction et de mise en scène qu’une pièce de théâtre

Le climax induit
Lorsque nous proposons un tour de magie, nous l’avons construit afin d’arriver à un climax. Le spectateur qui nous regarde a sa propre vision des choses, il ne sait pas ou nous l’emmenons et va imaginer la fin du tour en le regardant : C’est le climax induit

1. Cette fin va être construite par le souvenir d’autres tours qu’il a vu : Exemple, il a vu un autre tour ou le magicien fait choisir une carte qui est mise sous la main du spectateur. Si nous lui proposons le même départ, il va se remémoriser le tour déjà vu et va imaginer que nous lui proposons la même chose, d’où les réflexions du type « Ah oui je le connais celui-là » ou il va chuchoter à l’oreille de son voisin qu’il connait le tour et va même en donner des détails pour bien montrer qu’il sait.

N’oublions pas un point très important, le spectateur qui sait par rapport à celui qui ne sait pas a une certaine importance vis-à-vis des autres, lui il sait, il ne se fera pas avoir. Il n’est plus du coté des spectateurs et se positionne du coté du magicien (celui qui sait)

2. Le spectateur a vu plusieurs tours auparavant d’autres magiciens et va s’attendre à quelque chose, il ne sait pas quoi, mais il a dans l’esprit une liste de possibilités : retournement de cartes, changement de dos. Il est alors dans l’attente de la suite pour éliminer inconsciemment des possibilités et réduire ainsi ce qu’il pense être la fin


Hudson a étudié longuement ce sujet, je n’en présente ici que ses principales conclusions

1. Le climax réel doit surpasser le climax induit : Ce qui est assez logique car sinon le spectateur reste sur sa faim, il s’attendait à mieux. Sa réaction sera neutre, sans trop d’entrain et surtout cela ne lui laissera pas un souvenir vraiment marquant

2. Nous devons maitriser le climax induit : Le spectateur va imaginer une fin, ce n’est pas jouable de la deviner, surtout si nous avons 10 spectateurs qui imaginent une fin différente. Alors pour rester maitre de ce paramètre, construisons nos tours pour laisser croire au spectateur qu’il va deviner la fin en lui donner suffisamment d’éléments pour que ce que nous lui suggérons devienne le climax induit (Et surtout le climax induit de tous)

3. La magie se situe entre le climax induit et le vrai climax :
Cette notion est primordiale et je vais la développer avec un exemple simple : Selon le point précédent, je commence le tour et je fais choisir une carte au spectateur qui est remise dans le jeu qui est mélangé…. Je vais faire croire au spectateur que mon but est de retourner cette carte par la construction de mon tour

Le spectateur attentif attend cette fin

1. J’étale le jeu face en bas : sa carte est retournée, le spectateur n’est pas surpris, c’est son climax, il trouve cela fort et va apprécier le tour, mais pour lui c’est évident

2. Si je retourne sa carte et que le dos est rouge, alors là, je suis sur MON climax et je vis avec lui un moment magique. Le dos de sa carte est devenu rouge : un miracle. Comme il a eu son attention sur le retournement de la carte, l’arrivée de ce changement de couleur de dos tombe sur lui comme une masse, il ne peut remonter pourquoi ce dos a changé car son attention était sur le retournement : il vit un moment de pure magie

3. Si je retrouve sa carte dans l’étui et non retournée dans le jeu, le climax ne correspond pas à ce qu’il avait imaginé, et là sa sensation est : je me suis fait avoir, le climax tombe aussi comme une masse, mais il n’y a pas le moment entre son climax qui fait retomber sa tension et sa concentration et le coup de masse final, il y a juste le coup de masse

HUDSON hiérarchisait ces 3 possibilités, dans l'ordre du plus percutant au moins percutant : 2 3 1

Voilà le début des préceptes de Hudson sur le climax induit, je n’ai donné que la base simplifiée pour ne pas perdre dans des détails, je peux bien entendu préciser des parties de ce post à votre demande
Revenir en haut Aller en bas
http://instants-magie.max2forum.com
 
Climax induit (Hudson)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aliens - William Hudson
» MattyCollector - Doc Hudson 1:24
» Doc Hudson 1/24
» Doc Hudson : Variante ou rareté ?
» DOC HUDSON RED RIMS DIRT TRACK en blister ça existe ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
INSTANTS DE MAGIE :: Notions importantes-
Sauter vers: